Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?
Accueil Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus d'informations

RELATIONS HUMAINES

LES BUTS DANS LA VIE

LA FAMILLE

ENFANTS

CARRIÈRE

LES BUTS DE LA VIE

LA DÉPENDANCE AUX DROGUES

L’AMOUR PROPRE

INTÉGRITÉ

COMMUNICATION

PROBLÈME D’ÉTUDE

CONFLITS

SOLUTIONS

LES ÉMOTIONS INDÉSIRABLES

LE STRESS, LES TRAUMATISMES

LE NÉGATIVISME


Le Manuel de Scientologie — Cliquez ici pour le commander

Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?


    Comment la
Scientologie
    peut-elle
         m'aider...?


Codes moraux et transgressions

Dès lors que des gens se rassemblent et commencent à travailler en groupe, ils passent des accords, expressément ou implicitement, concernant ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est moral et ce qui est immoral — en d’autres termes, ce qui contribue à la survie du groupe et ce qui est nuisible à sa survie. C’est ce qu’on appelle un code moral — un ensemble d’accords auxquels une personne a souscrit pour garantir la survie du groupe. La taille du groupe importe peu — qu’il s’agisse d’un groupe de deux personnes en couple ou d’une nation entière en train de se développer — ils passent certains accords.

Quand un des partenaires d’un couple, marié ou non, transgresse le code moral auquel il a souscrit, il estime souvent qu’il ne peut pas en parler à l’autre. Or ces transgressions, qui même non révélées n’en demeurent pas moins des transgressions, peuvent s’accumuler petit à petit et causer la désintégration du couple.

En Scientologie, les actes nuisibles ou les transgressions des mœurs du groupe sont appelés des overts (prononcé « o-veur-t »). Quand une personne commet un acte qui va à l’encontre du code moral auquel elle a souscrit ou quand elle omet de faire quelque chose qu’elle aurait dû faire d’après ce code moral, elle commet un overt. Un overt est un acte qui viole un accord auquel on a souscrit.

Toute transgression non révélée, non signalée, d’un code moral par lequel la personne est liée est appelée une retenue. Une retenue est donc un overt que la personne a commis et dont elle ne parle pas. Toute retenue vient après un overt.

Ces transgressions déterminent dans quelle mesure une personne se coupe d’une libre communication avec le reste du groupe. Par exemple, l’homme qui dépense au jeu l’argent du ménage commet un overt. S’il dissimule la chose et ne la mentionne jamais à sa femme ou à sa famille, alors il prétend continuer à faire partie du groupe alors qu’en réalité il n’en fait déjà plus partie puisqu’il a lui-même rompu les accords sur lesquels le groupe est fondé. C’est là le facteur qui provoque la désintégration d’un groupe, d’une famille ou d’un couple.

Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?
Cet acte est une violation des accords du mariage et entre donc dans la catégorie des overts.

Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?
L’homme préfère ne rien dire à sa femme de ce qu’il a fait. C’est un exemple de retenue.

Un couple déjà « hyper-séparé » à cause d’un tas d’overts et de retenues est devenu presque impossible à réparer simplement en postulant la réalité de son existence. Les personnes qui se sont ainsi séparées l’une de l’autre doivent d’abord se « dé-séparer ».

Celui qui se marie peut penser que les choses sont censées se passer de la manière suivante : par un beau jour de juin, ce beau jeune homme bien bâti (ou peut-être pas si beau que cela) et cette jolie fille (ou peut-être pas si jolie que cela) se sont assemblés et ont dit : « Oui, jusqu’à ce que la mort nous sépare... » Et ils pensent qu’ils ont maintenant bâti un couple par le mariage. Ils n’ont même pas encore commencé.

Ils n’ont pas encore découvert la tête de l’autre avant l’heure du petit déjeuner. Cela a plus à voir avec les cosmétiques et les lames de rasoir. Ils vont devoir apprendre à vivre avec l’autre, s’ils le peuvent. Et, en se mariant, ils ont dans une certaine mesure plus ou moins tiré un trait sur ce qu’ils faisaient auparavant ; ils prennent un nouveau départ.

Ce qui compte, c’est ce qui se produit à partir de ce moment-là. Mais quelquefois, s’ils ont de violentes retenues à cause de ce qu’ils ont fait auparavant, leur couple ne démarrera jamais, et quarante-huit heures plus tard, leur mariage sera en train de craquer, avant même qu’ils n’aient eu le temps de se connaître, à cause d’un trop grand nombre d’overts et de retenues.

Mais même un mariage tel que celui-là peut être sauvé.

Dans les mariages qui tournent en rond et ne mènent nulle part depuis de nombreuses années, les overts et les retenues peuvent s’accumuler jusqu’à ce que les conjoints finissent peu à peu par « s’éloigner ». Il est considéré comme classique qu’après trois ans de vie de couple, mari et femme ne ressentent plus grand-chose de très fort l’un pour l’autre. C’est écrit dans les livres et « tous les psychologues le savent », mais ils ne savent pas pourquoi. Eh bien, ce sont les overts et les retenues.

Si cela se produit déjà au bout de trois ans, alors qu’en est-il au bout de dix ? Eh bien, de nombreux couples ont alors appris à endurer. Les conjoints sont tous deux dans un état de propitiation — un état dans lequel chacun tente d’apaiser l’autre ou de calmer sa colère. Ils s’entendent d’une certaine façon, et préfèrent que les choses se passent ainsi plutôt que différemment ; ils préfèrent être mariés que de ne pas l’être et ils pensent qu’ils ne s’en tirent pas trop mal. Ils ne pensent plus trop à la fille ou au garçon qu’ils auraient mieux fait d’épouser à la place de leur conjoint. Ça marche tant bien que mal.

Eh bien, dans un couple comme celui-ci, nous pouvons intervenir d’une façon tout à fait surprenante : nous pouvons mettre au clair la relation de couple !

Les divorces, les tendances à se retirer ou les actions qui consistent à se retirer, proviennent simplement d’un trop grand nombre d’overts et de retenues envers le conjoint. Ce n’est pas plus compliqué que ça.

Quand un conjoint n’en peut plus, veut partir et commence à dire : « Il vaut mieux que je m’en aille » ou « Il est préférable que je ne reste pas » ou « Je ferais mieux de faire autre chose » ou « Nous devrions nous séparer » ou « J’aurais beaucoup moins de problèmes si nous ne nous étions jamais mariés », tous ces raisonnements proviennent directement des overts et des retenues du conjoint qui tient ces propos à l’autre.

En réalité, la raison fondamentale pour laquelle une personne agit comme cela est qu’elle tente de protéger son conjoint de sa propre malveillance. Alors, elle dit : « Tu sais, il vaudrait mieux que je m’en aille », « Il vaudrait mieux nous arrêter là » ou « On a besoin de prendre un peu de recul ». Et cela représente généralement le premier pas vers la rupture du mariage : « Prendre du recul », « Il vaudrait mieux que je m’en aille », « On ferait mieux de se séparer ». Mais, nous pouvons désormais prendre soin de ces choses et faire en sorte que les conjoints aillent de l’avant au lieu de prendre du recul.

Pendant que vous tenterez de nettoyer leur mariage, les conjoints décideront sans doute que tout est fini entre eux et qu’il n’y a aucune raison de continuer parce que de toute façon, on ne peut vraiment pas... Le remède miracle, dans tous les cas, consiste alors à les amener à se souvenir l’un et l’autre de ce qu’ils ont fait personnellement. S’ils gardent cette idée fermement à l’esprit, alors vous aboutirez à une heureuse conclusion.


Qu’est-ce que le mariage ?
Codes moraux et transgressions
Remèdes
La Communication dans le mariage
Lectures et études complémentaires


| Précédent | Sommaire | Suite |


Comment la Scientologie peut-elle m'aider...? Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus sur la Scientologie


| Glossaire de termes de Scientologie | Librairie | Home |
| Cours Gratuits en Ligne | Les Services d’introduction |
| Sites concernant la Scientologie | Plus sur la Scientologie |

© 1996-2011 Église de Scientologie Internationale. Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques de fabrique et les marques de service de la Scientologie