Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?
Accueil Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus d'informations

RELATIONS HUMAINES

LES BUTS DANS LA VIE

LA FAMILLE

ENFANTS

CARRIÈRE

LES BUTS DE LA VIE

LA DÉPENDANCE AUX DROGUES

L’AMOUR PROPRE

INTÉGRITÉ

COMMUNICATION

PROBLÈME D’ÉTUDE

CONFLITS

SOLUTIONS

LES ÉMOTIONS INDÉSIRABLES

LE STRESS, LES TRAUMATISMES

LE NÉGATIVISME


Le Manuel de Scientologie - Cours gratuits en ligne

Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?


    Comment la
Scientologie
    peut-elle
         m'aider...?



La confusion et la donnée stable

La confusion peut se définir comme un ensemble de facteurs ou de circonstances qui semble ne pas avoir de solution immédiate. D’une manière plus générale, la confusion est définie comme un mouvement désordonné.

Si vous vous trouviez debout, pris au cœur d’un trafic intense, il est probable que vous vous sentiriez confus du fait de tous ces véhicules qui foncent de tous côtés en fendant l’air autour de vous. Si vous étiez pris dans la rage d’une tempête et que des feuilles et des bouts de papier tourbillonnent tout autour de vous, il est probable que vous vous sentiriez confus.

Est-il réellement possible de comprendre ce qu’est une confusion ? Existe-t-il une chose telle qu’une « anatomie de la confusion » ? Oui, absolument.

Si vous étiez standardiste, et que vous deviez répondre à dix appels en même temps, vous pourriez vous sentir confus. Mais, existe-t-il un remède à ce genre de situation ? Si vous étiez chef d’atelier, et que soudain vous vous trouviez confronté à trois urgences et à un accident en même temps, vous pourriez également vous sentir confus. Mais existe-t-il un remède à cela ?

Une confusion ne demeure une confusion qu’aussi longtemps que toutes les particules qui la composent sont en mouvement. Une confusion ne demeure une confusion qu’aussi longtemps qu’aucun facteur n’est clairement défini ou compris.

La confusion est la cause fondamentale de la stupidité. Toutes les choses, mises à part celles qui sont très simples, sont perçues comme confuses par celui qui est stupide. Ainsi si l’on connaissait l’anatomie de la confusion, quel que soit son degré d’intelligence, on deviendrait plus intelligent.

Vous comprendrez ceci aisément s’il vous est déjà arrivé d’avoir à former une jeune personne ambitieuse qui n’était pas des plus brillantes. Vous essayez de lui expliquer le fonctionnement de telle ou telle chose. Vous le lui expliquez et réexpliquez maintes et maintes fois, et lorsqu’enfin vous la laissez faire, d’emblée elle sabote le travail. Elle n’avait pas « compris », elle n’avait pas « saisi ». Vous pouvez simplifier votre compréhension de son incompréhension, en disant, à très juste titre, qu’elle était « dans la confusion ».

En matière d’éducation, 99 % des échecs sont dus au fait que l’étudiant était dans la confusion.

Et lorsque l’échec survient, non seulement dans le domaine du travail mais dans la vie en général, il doit son existence, d’une façon ou d’une autre, à de la confusion. Qu’il s’agisse d’étudier des machines ou de vivre sa vie, chacun doit pouvoir soit faire face à la confusion, soit la démonter.

Nous avons, en Scientologie, un certain principe concernant la confusion. Il s’agit du Principe de la donnée stable.

S’il y avait dans une pièce une nuée de bouts de papier en train de tourbillonner en l’air, ils donneront l’impression d’une confusion jusqu’au moment où l’on en choisirait un comme étant celui par rapport auquel tous les autres sont en mouvement. En d’autres termes, un mouvement confus peut être compris en concevant une particule comme étant immobile.

Dans un flot de circulation dense, tout ne serait que confusion, à moins que vous ne vous représentiez une voiture comme étant immobile par rapport aux autres, pour pouvoir considérer ensuite les autres par rapport à celle-ci.

La standardiste qui reçoit dix appels téléphoniques en même temps résout la confusion en décidant, à tort ou à raison, que l’un des appels sera le premier auquel elle accordera son attention. La confusion créée par ces dix appels simultanés deviendra moins troublante dès lors qu’elle aura choisi de répondre à l’un de ces appels en particulier. Si trois urgences et un accident surviennent en même temps dans l’atelier d’un chef d’équipe, il n’aura besoin que de décider sur quoi porter son attention en premier lieu pour amorcer le cycle qui rétablira l’ordre.

La confusion persiste tant qu’on n’a pas choisi une donnée, un facteur, un détail particulier au sein d’une confusion de particules. Et cette chose seule, que l’on isole et que l’on utilise devient la donnée stable du reste.

Tout ensemble de connaissances, plus particulièrement et plus exactement, est construit à partir d’une donnée. Il s’agit là de sa donnée stable. Invalidez-la et c’est l’ensemble qui se désagrège intégralement. Une donnée stable n’a pas besoin d’être la bonne donnée. C’est simplement celle qui empêche les choses d’être dans la confusion et celle sur laquelle les autres s’alignent.

Maintenant, s’il vous est arrivé d’enseigner à un jeune homme ambitieux l’utilisation d’une machine, et s’il s’est avéré qu’il n’avait pas compris vos directives, c’est uniquement parce qu’il lui manquait une donnée stable. Il aurait d’abord fallu qu’il assimile parfaitement un fait.

Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?
La confusion existe tant que toutes les particules sont en mouvements.

Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?
La confusion se calme quand on en isole un élément, lequel devient alors la donnée stable pour les autres.

Ayant assimilé celui-ci, il aurait pu en assimiler d’autres. Dans une situation prêtant à confusion, une personne se sentira stupide ou confuse tant qu’elle n’aura pas parfaitement assimilé un fait ou un élément.

Aussi énormes et insurmontables que puissent paraître les confusions, elles sont toutes composées de données, de facteurs ou de particules. Elles sont constituées de différents éléments. Saisissez l’un de ces éléments et localisez-le parfaitement. Regardez ensuite comment les autres éléments fonctionnent par rapport au premier que vous avez isolé, et vous aurez calmé la confusion. Reliez ensuite les autres éléments à celui que vous avez saisi, vous aurez bientôt maîtrisé cette confusion toute entière.

Lorsque vous apprenez le maniement d’une machine à un jeune homme, ne le submergez pas sous un torrent de données pour ensuite le reprendre sur toutes ses erreurs ; tout cela ne serait que confusion pour lui et il y réagirait stupidement. Trouvez un point d’entrée à sa confusion, une donnée. Par exemple, dites-lui : « C’est une machine. » Il se pourrait que toutes ces instructions aient été jetées à la tête de quelqu’un qui n’a aucune véritable certitude ni idée de l’ordre des choses dans la vie. Dites-lui : « C’est une machine. » Puis faites en sorte qu’il en soit convaincu. Faites-la-lui toucher, faites qu’il en tourne les boutons et qu’il la déplace. Répétez-lui : « C’est une machine. » Vous serez surpris de voir le temps que cela prendra, mais serez tout autant surpris de voir à quel point sa propre certitude augmentera. Parmi toutes les complexités qu’il va devoir apprendre pour se servir de cette machine, il va d’abord falloir qu’il assimile une donnée. Peu importe quelle donnée il assimilera complètement en premier, bien qu’il soit préférable de lui enseigner une donnée simple et fondamentale. Vous pourriez lui montrer ce que fait la machine, lui expliquer le produit qu’elle permet d’obtenir, ou lui dire pourquoi c’est lui qui a été choisi pour la faire marcher. Mais vous devez veiller à ce qu’une donnée fondamentale devienne claire pour lui, sans quoi il se perdra dans la confusion.

Confusion = incertitude. Confusion = stupidité. Confusion = insécurité. Quand vous pensez incertitude, stupidité ou insécurité, pensez confusion et vous aurez tout compris.

Qu’est-ce alors que la certitude ? L’absence de confusion. Qu’est-ce que l’intelligence ? L’aptitude à résoudre les confusions. Qu’est-ce enfin que la sécurité ? L’aptitude à passer au travers ou à éviter, ou encore à mettre de l’ordre dans les confusions. La certitude, l’intelligence et la sécurité signifient l’absence de confusion ou l’aptitude à maîtriser la confusion.

Et la chance ? Comment intervient-elle dans la confusion ? La chance est l’espoir qu’un hasard incontrôlé nous sortira d’une situation critique. Compter sur la chance, c’est abandonner le contrôle de la situation. C’est tomber dans l’apathie.


Éliminer la confusion au travail
La confusion et la donnée stable
Le contrôle et la confusion
Lectures et études complémentaires


| Précédent | Sommaire | Suite |


Comment la Scientologie peut-elle m'aider...? Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus sur la Scientologie


| Glossaire de termes de Scientologie | Librairie | Home |
| Cours Gratuits en Ligne | Les Services d’introduction |
| Sites concernant la Scientologie | Plus sur la Scientologie |

© 1996-2011 Église de Scientologie Internationale. Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques de fabrique et les marques de service de la Scientologie