Accueil Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus d'informations

RELATIONS HUMAINES

LES BUTS DANS LA VIE

LA FAMILLE

ENFANTS

CARRIÈRE

LES BUTS DE LA VIE

LA DÉPENDANCE AUX DROGUES

L’AMOUR PROPRE

INTÉGRITÉ

COMMUNICATION

PROBLÈME D’ÉTUDE

CONFLITS

SOLUTIONS

LES ÉMOTIONS INDÉSIRABLES

LE STRESS, LES TRAUMATISMES

LE NÉGATIVISME


Le Manuel de Scientologie - Cours gratuits en ligne

Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?


    Comment la
Scientologie
    peut-elle
         m'aider...?


L’Échelle des tons émotionnels


L’Échelle des tons, un outil vital dans tous les aspects de la vie qui touchent aux rapports humains, est une échelle qui représente la succession des tons émotionnels qu’un individu pourra ressentir. Par « ton », on désigne l’état émotionnel de la personne, qu’il s’agisse d’un état momentané ou continuel. Les émotions que les gens peuvent ressentir, comme la peur, la colère, le chagrin, l’enthousiasme et bien d’autres figurent sur cette échelle graduée.

L’utilisation experte de cette échelle permet de prédire et de comprendre le comportement humain dans toutes ses manifestations.

L’Échelle des tons décrit la spirale descendante que suit la vie en glissant progressivement d’un état de pleine vitalité et de pleine conscience à un état de semi-vitalité et de semi-conscience pour aboutir finalement à la mort.

Fondée sur maints calculs concernant l’énergie vitale, eux-mêmes basés sur des observations et des expériences, l’Échelle des tons indique les différentes sortes d’attitudes qu’adopte la vie à mesure qu’elle décline.

Les niveaux de cette échelle sont communs à tous les humains.

Lorsqu’un homme est très proche de la mort, on peut dire qu’il est en proie à une apathie chronique. Il se comportera d’une certaine façon à propos de ce qui se passe autour de lui. Cet état correspond au niveau 0,05 de l’Échelle des tons.

Lorsqu’un homme est chroniquement affligé par les pertes ou les échecs qu’il a subis, il est dans le chagrin. Et il adoptera un certain comportement à propos de beaucoup de choses. Cela correspond à 0,5 sur cette échelle.

Quand une personne n’est pas encore écrasée par le chagrin mais prend conscience de l’imminence d’une perte ou d’un échec ou quand elle est chroniquement obsédée par des pertes ou échecs passés, on peut dire qu’elle est dans un état de peur. Cela se situe aux alentours de 1,0 sur l’Échelle des tons.

L’individu qui est en train de se battre contre des menaces de perte ou d’échec est en colère. Et il manifestera d’autres aspects du comportement de ce niveau. Cela correspond à 1,5.

La personne qui suspecte simplement une perte ou un échec susceptible de lui arriver ou qui reste figée dans cette attitude, éprouve de l’irritation. On peut dire qu’elle manifeste de l’antagonisme. Cela correspond à 2,0 sur l’échelle.

Au-dessus de l’antagonisme, la situation de la personne n’est ni suffisamment bonne pour qu’elle en ressente de l’enthousiasme, ni suffisamment mauvaise pour qu’elle s’en plaigne. Elle a abandonné certains de ses buts et n’arrive pas pour l’instant à en trouver d’autres. On dit qu’elle s’ennuie. Cela se trouve à 2,5 sur l’Échelle des tons.

À 3,0 sur l’échelle, la personne adopte une attitude conservatrice et prudente dans la vie, mais elle atteint ses buts.

À 4,0, l’individu est enthousiaste, heureux et plein de vie.

Très peu de gens se trouvent naturellement à 4,0. La moyenne oscille probablement autour de, soyons charitable, 2,8.

Vous avez certainement déjà observé cette échelle dans la vie. Avez- vous jamais vu un enfant essayer d’obtenir, disons, une pièce d’un franc ? Au début, il est heureux. Tout ce qu’il veut, c’est une pièce d’un franc. Si on la lui refuse, il explique alors pourquoi il la veut. S’il n’arrive pas à l’obtenir et s’il n’en fait pas une montagne, il tombe dans l’ennui et s’en va. Mais s’il la veut absolument, il manifeste alors de l’antagonisme. Puis de la colère. Et s’il ne l’obtient toujours pas, il risque de mentir en expliquant pourquoi il la veut. Si ça ne marche toujours pas, il sombre dans le chagrin. Et si ça ne donne aucun résultat, il sombre finalement dans l’apathie et dit qu’il n’en veut pas. Il la renie.

Un enfant menacé par quelque danger va aussi dégringoler sur cette échelle. Tout d’abord, il ne se rend pas compte que ce danger le menace. Il est tout à fait joyeux. Puis le danger, disons un chien, s’approche de lui. L’enfant voit le danger mais ne croit pas vraiment que cela le concerne et continue à jouer. Mais ses jouets « l’ennuient » maintenant. Il éprouve une légère appréhension et de l’incertitude. Le chien s’approche davantage. L’enfant est irrité par sa présence et manifeste de l’antagonisme. Le chien s’approche encore. L’enfant se met en colère et s’efforce alors d’attaquer le chien. Le chien s’approche toujours et se montre encore plus menaçant. L’enfant prend peur. La peur s’avérant inutile, il se met à pleurer. Si le chien continue de le menacer, l’enfant finira éventuellement par sombrer dans l’apathie et par attendre tout simplement que l’animal le morde.

L’Échelle des tons émotionnels L’Échelle des tons émotionnels


L’Échelle des tons émotionnels L’Échelle des tons émotionnels


L’Échelle des tons émotionnels L’Échelle des tons émotionnels


L’Échelle des tons émotionnels L’Échelle des tons émotionnels


L’Échelle des tons émotionnels L’Échelle des tons émotionnels


Chaque personne possède un ton chronique (son ton habituel). Chacun monte ou descend sur cette Échelle des tons quand il réussit ou quand il échoue dans la vie. Ces tons-là sont passagers. L’un des buts principaux de la Scientologie consiste à élever la position chronique de l’individu sur l’Échelle des tons.

À mesure que les objets, les animaux ou les gens qui favorisent la survie deviennent inaccessibles, l’individu dégringole l’Échelle des tons.

Lorsque des objets, des animaux ou des gens qui menacent la survie s’approchent de l’individu, celui-ci dégringole également l’Échelle des tons.

Les tons de cette échelle peuvent représenter des conditions chroniques ou passagères. On peut dégringoler l’échelle et rester en bas pendant dix minutes, puis remonter, mais on peut aussi la dégringoler et rester en bas pendant dix ans et ne plus remonter.

L’homme qui a subi trop de pertes ou d’échecs, qui a trop souffert, aura tendance à rester bloqué à l’un des niveaux inférieurs de l’échelle pour ne plus guère en bouger. Son comportement général dans la vie correspondra alors à ce niveau de l’Échelle des tons.

De la même façon qu’un moment de chagrin (0,5) amènera un enfant à adopter momentanément un comportement correspondant à la zone du chagrin, de même, l’individu bloqué à 0,5 adoptera dans la vie une attitude typiquement 0,5 envers la plupart des choses.

Il existe donc des comportements temporaires et des comportements systématiques.


L’Échelle des tons émotionnels
L’Échelle des tons complète
Les Caractéristiques de l’échelle des tons
Observer l’évident
Lectures et études complémentaires


| Précédent | Sommaire | Suite |


Comment la Scientologie peut-elle m'aider...? Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus sur la Scientologie


| Glossaire de termes de Scientologie | Librairie | Home |
| Cours Gratuits en Ligne | Les Services d'introduction |
| Sites concernant la Scientologie | Plus sur la Scientologie |

© 1996-2011 Église de Scientologie Internationale. Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques de fabrique et les marques de service de la Scientologie