Accueil Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus d'informations

RELATIONS HUMAINES

LES BUTS DANS LA VIE

LA FAMILLE

ENFANTS

CARRIÈRE

LES BUTS DE LA VIE

LA DÉPENDANCE AUX DROGUES

L’AMOUR PROPRE

INTÉGRITÉ

COMMUNICATION

PROBLÈME D’ÉTUDE

CONFLITS

SOLUTIONS

LES ÉMOTIONS INDÉSIRABLES

LE STRESS, LES TRAUMATISMES

LE NÉGATIVISME


Le Manuel de Scientologie - Cours gratuits en ligne

Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?


    Comment la
Scientologie
    peut-elle
         m'aider...?


Les Caractéristiques de l’échelle des tons

La zone située en dessous de l’apathie est une zone sans douleur, sans intérêt où rien n’a d’importance, mais c’est une zone de grand danger car on s’y trouve au-dessous du niveau où l’on est capable de réagir à quoi que ce soit, et on est donc susceptible de tout perdre sans même apparemment s’en rendre compte.

Un travailleur en très mauvais état, et qui constitue en fait un handicap, voire un risque pour l’entreprise, peut ainsi n’éprouver aucune douleur ou émotion pour quelque sujet que ce soit. Il se trouve en dessous de l’apathie. On a vu des ouvriers se blesser la main et n’y accorder aucune importance, et continuer leur travail comme si de rien n’était alors que leur main était vraiment très abîmée. Les gens qui travaillent dans les dispensaires et les hôpitaux proches des zones industrielles sont parfois très étonnés de découvrir le peu de cas que font certains ouvriers de leurs propres blessures. C’est triste à dire, mais il est un fait que les gens qui ne font pas attention à leurs propres blessures et qui ne ressentent même pas la douleur de ces blessures, ne sont pas et ne seront jamais, à moins qu’un scientologue ne les aide, des gens efficaces. Ils sont un handicap, voire un risque, pour leur entourage. Ils ne réagissent pas convenablement. Si une personne de ce genre manipule une grue, et si celle-ci échappe soudain à son contrôle et menace de lâcher son chargement sur un groupe d’hommes, le grutier sous-apathique laissera tout bonnement la grue larguer son chargement. Autrement dit, c’est un assassin en puissance. Il ne peut rien arrêter, rien changer, rien mettre en route, et pourtant, en s’appuyant sur des réflexes automatiques, il arrive parfois à garder un travail. Mais le jour où il se trouvera confronté à une véritable urgence, il ne réagira vraisemblablement pas correctement, et des accidents s’ensuivront.

Là où il y a des accidents dans l’industrie, on trouvera qu’ils proviennent de ces gens qui se trouvent dans la gamme émotionnelle située en dessous de l’apathie. Là où des erreurs grossières sont commises dans les bureaux d’affaires, qui coûtent très cher aux entreprises en termes d’argent et de temps perdu, et qui engendrent d’autres problèmes avec le personnel, on trouve presque toujours qu’elles proviennent de ces gens sous-apathiques. Aussi, ne pensez pas qu’il soit utile à quiconque de se trouver dans un de ces états dans lesquels on est complètement insensible, engourdi ou incapable de ressentir ni douleur ni joie. Ce n’est pas vrai. Les gens qui sont dans ces états-là ne peuvent pas contrôler les choses et en vérité, ils ne sont pas suffisamment pour pouvoir être contrôlés ou dirigés par quiconque, aussi font-ils des choses étranges et imprévisibles.

De même qu’une personne peut être chroniquement dans la sous-apathie, elle peut se trouver dans l’apathie. C’est un état plutôt dangereux, mais au moins, la chose est exprimée. Avec cette personne, on est en droit de s’attendre à des communications qui viennent d’elle-même et non pas de quelque modèle de comportement inculqué. Les gens peuvent être chroniquement dans le chagrin, chroniquement dans la peur, chroniquement en colère, ou dans l’antagonisme, ou dans l’ennui et peuvent même être « coincés dans l’enthousiasme ». La personne vraiment capable est d’ordinaire relativement sereine à propos des choses. Elle peut néanmoins exprimer d’autres émotions. C’est une erreur que de croire que la sérénité totale soit d’une grande valeur. Quand on ne peut pas pleurer dans une situation qui exigerait des larmes, on n’a pas pour ton chronique la sérénité. La sérénité peut facilement être confondue avec la sous-apathie, mais seulement par un observateur très peu expérimenté. Il suffit de jeter un coup d’œil à l’état de santé de la personne pour faire la différence. Les gens qui sont dans la sous-apathie sont d’ordinaire assez malades.

À chacune de ces émotions correspond un niveau de communication. Dans la sous-apathie, l’individu ne communique en fait pas du tout. Ce sont des réponses toutes faites et stéréotypées ou des modèles de comportement inculqués, ces choses que nous appelons des « circuits », qui communiquent. La personne elle-même ne semble pas être présente et n’est pas réellement en train de parler. Ses communications sont donc parfois bizarres, c’est le moins qu’on puisse dire. Elle fait les choses à contresens et à contretemps et elle dit des choses à contresens et à contretemps.

Naturellement, quand une personne est coincée dans une zone de l’Échelle des tons, que ce soit la sous-apathie, l’apathie, le chagrin, la peur, la colère, l’antagonisme, l’ennui, l’enthousiasme ou la sérénité, elle exprime toutes ses communications sur ce ton émotionnel. La personne qui se met toujours en colère pour une raison ou une autre est coincée dans la colère. Une personne comme cela n’est pas aussi mal en point qu’une autre qui serait sous-apathique, mais elle n’en est pas moins dangereuse pour son entourage parce qu’elle va causer des ennuis et parce que les gens en colère ne contrôlent pas bien les choses. Les caractéristiques particulières de la communication des gens aux divers niveaux de l’Échelle des tons sont tout à fait fascinantes. Les gens tiennent des propos et manient la communication d’une façon distincte et caractéristique à chaque niveau de l’Échelle des tons.

À chaque niveau de l’Échelle des tons correspond également un niveau de réalité. La réalité est un sujet passionnant puisqu’elle a affaire surtout à la relativité des solides. Autrement dit, la solidité des choses et le niveau émotionnel des gens sont en rapport direct. Les gens qui en bas de l’Échelle des tons ne peuvent pas tolérer les solides. Ils ne peuvent pas tolérer un objet solide. L’objet n’est pas réel pour eux ; il est mince ou manque de poids. À mesure qu’ils montent de ton, ce même objet devient pour eux de plus en plus solide jusqu’à ce qu’ils puissent enfin le percevoir à son véritable niveau de solidité. En d’autres termes, les gens ont une réaction déterminée vis-à-vis de la masse aux différents points de l’échelle. Les choses leur paraîtront lumineuses ou au contraire terriblement ternes. Si vous pouviez regarder le monde avec les yeux de la personne en sous-apathie, vous verriez un monde fluide, sans épaisseur, un monde de rêve, brumeux et plutôt irréel en fait. Avec les yeux d’un homme en colère, vous verriez un monde d’une solidité menaçante, où tous les solides semblent s’imposer brutalement contre soi, toutefois ils ne seraient pas suffisamment solides, réels ou visibles au goût de la personne en bon état. La personne sereine peut voir les solides tels qu’ils sont, avec toute leur luminosité, et peut tolérer sans réagir une lourdeur ou une solidité énorme. En d’autres termes, à mesure qu’on monte l’Échelle des tons du plus bas au plus haut niveau, on découvre que les choses deviennent de plus en plus solides et de plus en plus réelles.


L’Échelle des tons émotionnels
L’Échelle des tons complète
Les Caractéristiques de l’échelle des tons
Observer l’évident
Lectures et études complémentaires


| Précédent | Sommaire | Suite |


Comment la Scientologie peut-elle m'aider...? Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus sur la Scientologie


| Glossaire de termes de Scientologie | Librairie | Home |
| Cours Gratuits en Ligne | Les Services d’introduction |
| Sites concernant la Scientologie | Plus sur la Scientologie |

© 1996-2011 Église de Scientologie Internationale. Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques de fabrique et les marques de service de la Scientologie