Accueil Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus d'informations

RELATIONS HUMAINES

LES BUTS DANS LA VIE

LA FAMILLE

ENFANTS

CARRIÈRE

LES BUTS DE LA VIE

LA DÉPENDANCE AUX DROGUES

L’AMOUR PROPRE

INTÉGRITÉ

COMMUNICATION

PROBLÈME D’ÉTUDE

CONFLITS

SOLUTIONS

LES ÉMOTIONS INDÉSIRABLES

LE STRESS, LES TRAUMATISMES

LE NÉGATIVISME


Le Manuel de Scientologie - Cours gratuits en ligne

Comment la Scientologie peut-elle m'aider...?


    Comment la
Scientologie
    peut-elle
         m'aider...?


Les Facteurs de la communication

Examinons de plus près plusieurs composants de la communication, en observant deux unités vivantes « A » et « B ». « A » et « B » sont des terminaux (par terminal, nous entendons un point qui reçoit, relaie et envoie une communication).

D’abord, il y a l’intention de « A », qui en « B » devient attention. Et pour qu’une véritable communication ait lieu, il faut trouver en « B » une duplication de ce qui émane de « A ».

Bien sûr, pour émettre une communication, « A » doit au départ avoir prêté attention à « B ». Quant à « B », il doit avoir donné une certaine intention à cette communication, ne serait-ce que pour l’écouter ou la recevoir. Ainsi, la cause comme l’effet font preuve d’intention et d’attention.

Les Facteurs de la communication


L’autre facteur extrêmement important est la duplication. Nous pourrions l’appeler réalité ou bien accord. Le degré d’accord atteint par « A » et « B » au cours de ce cycle de communication devient leur réalité, et ceci s’effectue par la duplication, de manière mécanique. Autrement dit, le degré de réalité atteint au cours de ce cycle de communication dépend du degré de duplication. En tant qu’effet, « B » doit dupliquer dans une certaine mesure ce qui émanait de « A », la cause, afin que la première partie du cycle ait lieu.

Les Facteurs de la communication

Puis « A », maintenant l’effet, doit dupliquer ce qui émane de « B » pour achever le cycle de communication. Lorsque cela se produit, il n’y a pas de conséquences déplorables.

Les Facteurs de la communication


Si cette duplication ne survient pas en « B » et ensuite en « A », le cycle d’action reste inachevé. Si par exemple « B » n’a pas dupliqué, même vaguement, ce qui émanait de « A », la première partie du cycle de communication n’est pas accomplie, et il peut y avoir comme résultat énormément de « randomité » (mouvement imprévu), d’explications et de disputes. Puis si « A » n’a pas dupliqué ce qui émanait de « B » quand « B » était la cause durant le second cycle, nous sommes de nouveau en présence d’un cycle de communication incomplet. Il y aura en conséquence un manque de réalité. Évidemment, si nous réduisons la réalité, nous réduisons l’affinité (le sentiment d’amour ou l’affection pour quelque chose ou quelqu’un). Donc, lorsque la duplication est absente, on voit diminuer l’affinité.

Un cycle de communication complet a pour résultat une grande affinité. Si nous déréglons l’un de ces facteurs, nous obtenons un cycle de communication incomplet, et nous trouvons soit « A », soit « B », soit les deux dans l’attente de la fin du cycle. Dans ce cas-là, la communication devient nuisible.

Un cycle de communication inachevé engendre ce que l’on pourrait appeler une soif de réponses. L’individu, dans l’attente d’un signal indiquant que sa communication a été reçue, est enclin à accepter n’importe quel flux dirigé vers lui. Lorsque quelqu’un a attendu constamment et depuis très longtemps des réponses qui n’arrivent pas, il finit par s’attirer toutes sortes de réponses, de n’importe où, pour tenter de remédier à son manque de réponses.

Les Facteurs de la communication


Les cycles de communication incomplets entraînent un manque de réponses. Ce qu’étaient ou seraient les réponses importe peu, pourvu qu’elles se rattachent vaguement au sujet en question. En revanche, ce qui importe est lorsqu’on reçoit des réponses alors qu’on ne les recherche absolument pas, comme dans le cas d’une communication compulsive ou obsessionnelle, ou bien lorsqu’on ne reçoit pas de réponse du tout.

La communication elle-même n’est nuisible que si la communication émanant du point-cause est soudaine et illogique par rapport à l’environnement. Nous avons là la violation de l’attention et de l’intention.

L’intérêt est un facteur qui entre aussi en jeu, mais son importance est moindre. Néanmoins, il explique bien des aspects du comportement humain. « A » a l’intention d’intéresser « B ». « B », pour qu’on lui parle, devient intéressant.

Les Facteurs de la communication


De même « B », lorsqu’il émet une communication, est intéressé, et « A » intéressant.

Les Facteurs de la communication


Nous avons ici, faisant partie de la formule de la communication (bien qu’étant une partie moins importante), un changement continuel entre être intéressé et être intéressant de la part des deux terminaux, «  A» et « B ». La cause est intéressée, l’effet intéressant.

Voici un fait d’une plus grande importance : l’intention de « A » à être compris impose à « A » la nécessité d’être dupliquable.

Les Facteurs de la communication


Si « A » ne peut être dans une certaine mesure dupliquable, sa communication ne sera bien sûr pas reçue par « B » car « B », incapable de dupliquer « A », ne peut pas recevoir sa communication.

Prenons par exemple le cas de « A » qui parle chinois, alors que « B » ne comprend que le français. Il est nécessaire pour que « A » soit dupliquable, qu’il s’adresse en français à « B » qui ne comprend que le français. Dans le cas où « A » s’exprime dans une langue et « B » dans une autre, ils n’ont aucun vocabulaire en commun. Cependant, comme il leur est possible d’utiliser la mimique, une communication peut quand même avoir lieu. « A », si l’on suppose qu’il ait une main, pourrait la lever. Et « B » s’il en avait une aussi, pourrait faire de même. Puis « B » pourrait lever l’autre main et « A » aussi, et nous aurions ainsi un cycle de communication complet grâce à la mimique.

Fondamentalement, toutes les choses sont des considérations. Nous considérons que les choses sont, et donc elles sont. L’idée est toujours supérieure aux mécanismes de l’énergie, de l’espace, du temps et de la masse. Il serait possible d’avoir des idées complètement différentes sur la communication ; mais il se trouve que celles-ci sont communes à cet univers et sont celles qu’utilisent les entités vivantes de cet univers.

Nous trouvons dans la formule de communication telle qu’elle est décrite ici l’accord fondamental établi au sujet de la communication. Étant donné que les idées sont supérieures à cela, un être peut avoir, en plus de la formule de communication, une conception bizarre de la façon dont la communication devrait exactement se dérouler. Mais si cela heurte les accords établis, il peut se trouver complètement hors de communication.

Prenons l’exemple d’un écrivain d’avant-garde qui insiste pour que les trois premières lettres de tous les mots soient supprimées, ou pour ne pas terminer ses phrases. Il n’établira pas d’accord avec ses lecteurs.

Une sorte de sélection naturelle et continuelle, pourrait-on dire, élimine les idées étranges ou bizarres sur la communication. Les gens, pour être en communication, adhèrent aux règles fondamentales qui précèdent. Lorsque quelqu’un s’écarte trop de ces règles, les gens ne peuvent simplement plus le « dupliquer » et ainsi cette personne n’est en fait plus en communication du tout.

Nous en arrivons maintenant au problème de ce qu’une entité vivante doit bien vouloir expérimenter afin de communiquer. Tout d’abord, le premier point-source doit être désireux d’être dupliquable. Il doit être capable d’accorder au moins un peu d’attention au point-réception. Le premier point-réception doit être désireux de dupliquer, désireux de recevoir et désireux de se transformer en point-source afin de renvoyer la communication ou une réponse. Et le premier point-source à son tour doit être désireux d’être point-réception.

Les Facteurs de la communication


Étant donné qu’il s’agit essentiellement d’idées et non de mécanismes, nous voyons qu’un certain état d’esprit doit exister entre le point-cause et le point-effet, dans lequel chacun est désireux d’être cause ou effet à volonté, est désireux de dupliquer à volonté, est désireux d’être dupliquable à volonté, est désireux de changer à volonté, est désireux de faire l’expérience de la distance qui les sépare ; en bref, désireux de communiquer.

Les Facteurs de la communication


Lorsqu’un individu ou un groupe remplit ces conditions, nous avons des gens sains.

Quand il y a une résistance à émettre ou à recevoir des communications, quand les gens, sous l’emprise d’obsessions ou de compulsions, émettent des communications sans direction et sans essayer d’être dupliquables, quand les individus restent silencieux en recevant des communications et n’y accusent pas réception ou n’y répondent pas, nous sommes en présence de facteurs d’aberration.

Voici quelques-uns des aspects possibles d’aberration sur une ligne de communication : ne pas réussir à être dupliquable avant d’émettre une communication, avoir une intention contraire à celle d’être reçu, avoir une résistance à recevoir ou à dupliquer une communication, une résistance à faire l’expérience de la distance, une résistance à changer, une résistance à prêter attention, une résistance à exprimer une intention, une résistance à accuser réception et en général, une résistance à dupliquer.

Certains pourraient croire que la solution au problème de la communication consisterait à ne pas communiquer. On pourrait avancer que si, au départ, on ne s’était pas mis à communiquer, on n’aurait pas d’ennuis à l’heure actuelle. C’est peut-être vrai d’une certaine manière, mais un homme est mort dans la mesure où il ne peut communiquer. Il est vivant dans la mesure où il peut communiquer.


Qu’est-ce que la communication ?
Les facteurs de la communication
La communication réciproque
Lectures et études complémentaires


| Précédent | Sommaire | Suite |


Comment la Scientologie peut-elle m'aider...? Sites concernant la Scientologie Livres de Scientologie Test de Personnalité Plus sur la Scientologie


| Glossaire de termes de Scientologie | Librairie | Home |
| Cours Gratuits en Ligne | Les Services d'introduction |
| Sites concernant la Scientologie | Plus sur la Scientologie |

© 1996-2011 Église de Scientologie Internationale. Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques de fabrique et les marques de service de la Scientologie